vendredi 25 juillet 2014

Rio de Janeiro : Refeitório Orgânico

Je vous amène aujourd'hui au Refeitório Orgânico, un restaurant végétalien du quartier Botafogo.

 L'enseigne
Le menu sur la rue
Le long corridor qui mène au restaurant
La carte des jus
Le menu

Le restaurant compte deux étages et lorsque nous y sommes allées, c'était bondé. Il y a plusieurs tables pour les petits groupes ainsi que de longues tables de type cafétéria à partager avec de purs inconnus. C'est là qu'on nous a placés. Le Refeitório Orgânico pratique aussi la formule buffet (à volonté), mais nous avons commandé des plats à la carte.

J'ai opté pour le plat du jour à 22 R$ (le réal est la monnaie du Brésil), soit l'équivalent d'environ 10 dollars.

Plat du jour : bobó de shiitake

Le bobó est un plat très populaire au Brésil. C'est un mijoté de lait de coco et de pâte de manioc qui contient habituellement des crevettes. J'étais très contente de voir une version végétale du bobó le jour même de mon arrivée; je ne voulais pas manquer la chance d'y goûter. Verdict : c'est très bon. Il y avait aussi des coeurs de palmier dans le bobó et bien franchement, je n'aurais jamais pensé mettre cet ingrédient dans un mijoté.

En accompagnement, j'avais des frites d'ignames. C'est la première fois que je voyais ça, mais pas la dernière au cours de ce voyage. Celles-ci étaient trop petites et trop dures. J'avais aussi un riz avec des arachides et des raisins secs. Les raisins gâchaient le riz.

Salade

Enfin, le dernier accompagnement était une salade. Elle était correcte, sans plus. Ça faisait beaucoup de nourriture!

En somme, je n'ai pas été éblouie par mon premier repas en sol brésilien. J'ai nettement préféré mon repas au Reino Vegetal. Ma mère, au contraire, a grandement apprécié son repas, et elle a commandé la même chose que moi.

   

Refeitório Orgânico
Rua dezenove de fevereiro, 120
Rio de Janeiro (Botafogo)
2537-0750


Heures d'ouverture
Lundi à samedi de 10 h 30 à 16 h

***

Praia de Botafogo

Notre auberge de jeunesse était située dans le quartier Botafogo. La praia (plage) de Botafogo était à moins d'une minute de marche, mais comme il s'agit essentiellement d'une marina et que l'eau est très polluée, personne ne s'y baigne. La vue est toutefois agréable, surtout lorsqu'on parvient à traverser les multiples voies de circulation automobile, ce qui prend au moins quelques minutes — la circulation est incroyablement dense.

Des arbres
Graffiti dans un tunnel piétonnier qui permet de passer sous les multiples voies sans devoir prendre son mal en patience pour traverser et venir à bout de toutes les voies

Un matin, nous avons marché jusqu'à la Praia Vermelha (plage rouge) et au Pão de Açúcar (pain de sucre). On nous avait dit que ça prenait 5 à 10 minutes à partir de l'auberge, mais ça nous a plutôt pris une bonne demi-heure sous un soleil de plomb. Il faisait chaud!

La mer

La Praia Vermelha n'est pas ma plage préférée de Rio. L'endroit est petit et joli, mais il y a très peu de vagues. Néanmoins, c'est une plage, et c'est la mer, donc en soi c'est extraordinaire. Et j'étais bien heureuse de m'y tremper les jambes pour me rafraîchir avant de visiter le Pão de Açúcar.

Téléphérique qui relie le Morro da Urca et le Pão de Açúcar

Le Pão de Açúcar (pain de sucre) est une montagne, un pic dont la forme est vraiment étonnante. C'est la montagne pointue qu'on voit dans la première photo « touristique » de ce billet avec la Praia de Botafogo – le pain de sucre est complètement à droite, dissimulé en partie par un palmier. C'est un des plus grands attraits touristiques de Rio de Janeiro, et avec raison. La vue est magnifique.

La visite du Pão de Açúcar se fait en deux étapes. Le premier téléphérique nous mène au Morro da Urca (morro signifie « colline » en portugais), que nous pouvons visiter, puis un deuxième téléphérique nous mène au Pão de Açúcar.

La Praia Vermelha vue du sommet
Des bambous sur le Pão de Açúcar
La vue! On voit la Praia de Botafogo à gauche
 Des plages, dont celle de Copacabana et la Praia Vermelha
   

16 commentaires:

  1. J'adore les image de ton ascension. Ça donne le goût d'y aller tout de suite!

    Parles-tu le portugais?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne comprenais absolument rien en portugais, tant à l'oral qu'à l'écrit, mais je me suis toujours dit qu'il faudrait bien que j'apprenne cette langue latine un jour. Alors un peu moins de deux mois avant le départ, dès que j'ai su que j'irais au Brésil, je me suis inscrite aux cours en ligne de Babbel. C'est payant, mais ça vaut vraiment la peine je trouve. J'ai fait 5 leçons par jour pendant les près de deux mois précédant le voyage et ça m'a donné une bonne base. Je pensais pouvoir m'en sortir en anglais ou en espagnol là-bas, mais dieu merci, j'avais un mini bagage de portugais, car la plupart des gens, même les guides (!) ne parlaient pas anglais. Dans un aéroport, on a eu des problèmes avec nos billets, et l'employée ne parlait que portugais!

      Supprimer
    2. Je suis impressionnée! Tu as bien fait d'être aussi déterminée!
      Ta mère devait être pas mal soulagée que l'une de vous deux puisse communiquer avec les Brésiliens.

      Supprimer
    3. C'est sûr que c'était pratique, même si je ne comprenais pas tout. Le hic, c'est que je me mélange maintenant beaucoup avec l'espagnol et le portugais.

      Supprimer
  2. J'étais aussi au Brésil em mars dernier. Nous avons de la famille là-bas. Malgré tous leurs produits locaux, j'ai toujours trouvé la cuisine brésilienne un peu ordinaire. Peut-être que dans les grandes villes comme Rio ou San Paolo il y a plus de diversité et de renouveau culinaire.

    Dans la région où j'étais, aucun restaurant végé... Et je trouvais que la nourriture manquait de diversité. L'espèce de petit sable de farro... Pas capable...

    Heureusement, nous avions la possibilité de cuisiner à la maison.

    Au plaisir !
    Sylvie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Sylvie!

      Oui, à Rio c'était plus facile de trouver des restaurants végétariens. Tu vas voir dans quelques semaines que mon alimentation était un peu moins équilibrée ailleurs. Disons que les buffets où je suis souvent allée manquaient cruellement de grains entiers et de protéines végétales, je finissais par m'acheter des sachets de noix ou de graines pour compléter des assiettes de riz blanc avec salade verte et tomates. Cela dit, j'ai fait de belles trouvailles à quelques endroits, et j'ai somme toute mangé plus variés que dans d'autres pays d'Amérique centrale, comme le Costa Rica où je mangeais du casado deux ou trois fois par jour.

      Oui, la farofa, au début je n'aimais pas, c'était tellement bizarre, sableux, mais quand tu le mélanges dans une sauce, comme dans une moqueca végétalienne, ou avec des tomates, c'est génial.

      J'ai beaucoup aimé aussi la forte présence de courges dans les buffets. C'était vraiment bon.

      Ta famille est dans quelle région?

      Supprimer
  3. J'ai mangé de la moqueca de poissons. C'était très bon. Mais je n'aime toujours pas le petit carré de sable qui vient avec !!!

    Ma belle-soeur brésilienne m'a dit que la farofa était là pour plus remplir les estomacs :-)

    La famille est à Guarapari. C'est une petite ville près de Vittoria, juste au bord de la mer.

    Au plaisir !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'insiste pas pour la farofa! Moi, j'en ai même rapporté un sac au Canada. =)

      Je viens de faire une recherche sur Guarapari. La vue sur le bord de la mer a l'air assez splendide!

      Supprimer
  4. Encore un autre voyage! :) Je suivrai assidûment tes billets sur ce pays, j'aime toujours zieuter ce qu'il y a de bon à se mettre sous la dent ailleurs dans le monde. Merci de partager à nouveau avec nous tous.

    Les photos prises dans le téléphérique et à La Praia Vermelha sont magnifiques!!!

    RépondreSupprimer
  5. Dommage que la nourriture était ordinaire! Tes photos sont vraiment jolies

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci! J'étais pas dans mon assiette non plus. J'avais à peine dormi dans l'avion, il faisait vraiment chaud. J'étais tellement étourdie que j'ai demandé à ma mère si c'était moi ou si le resto tangait comme s'il était sur l'eau! Nous étions évidemment sur la terre ferme!

      Supprimer
  6. Elle a un nom rigolo cette montagne. :) Dommage que la nourriture n'était pas meilleure, mais elle a l'air originale au moins.

    RépondreSupprimer
  7. Superbes photos du paysage. . Cela devait être fantastique à apprécier. Dingue la différence de couleur des plages. . Pourtant elles n'ont pas l'air si loin l'une de l'autre. La rouge porte bien son nom. Tu as dit dans un commentaire qu'il y avait beaucoup de courges là bas ? Je devrai peut être y vivre alors ahaha ! Eh oui le potimarron ne me quitte à aucun dîner chez moi x)
    pays latino. .. je pars en Espagne demain hihi. Séjour linguistique à Malaga et je vivrai dans un appartement partagé avec d'autres étudiants étrangers pendant 2 semaines !.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que c'est spécial la différence de couleur en dépit de la proximité.

      Tu serais au paradis là-bas avec la courge et les citrouilles, en effet!

      J'espère que tu t'amuses bien en Espagne! J'ai hâte d'en savoir plus. Vous êtes combien dans votre appartement? Il faudrait vraiment que tu nous racontes tout sur ton blogue =)

      Supprimer
  8. J'adore voyager en ta compagnie. Tu nous fais découvrir des parties du monde tout simplement splendides.

    Plutôt appétissant ce plat typique, le Bobó. Je ne connaissais pas. Dommage que ton repas ne fût pas impressionnant, mais le reste du voyage compense :)

    WOW !!! La mer...à ce qu'elle est belle. Tes photos sont magnifiques et donnent le goût d'y être, maintenant...drette là :) Ohhh my God...la vue du haut du pain de sucre est vraiment digne d'un magasine. Sérieux !!! C'est juste trooooop beau. My, my, my...!!! Tu me fais vraiment rêver toi là là. Merci de partager :)

    RépondreSupprimer

Merci de me laisser des commentaires!