samedi 20 décembre 2014

Betteraves et lentilles au gingembre avec tahini et miel végétalien

Il me restait quelques betteraves après avoir fait la délicieuse salade russe de Destination Santé. Je ne voulais pas les perdre, alors j'ai préparé les betteraves et lentilles au gingembre avec tahini et miel végétalien (Gingery Beets and Lentils with Tahini and Agave Nectar) de Salad Samurai.

La recette est un peu longue parce qu'il faut faire rôtir des légumes, cuire des lentilles et préparer deux vinaigrettes, mais ça en vaut la peine. C'est une salade de grande classe!

 Les betteraves jaunes ont de la gueule sur cette photo. 

Modifications.
-Je n'avais pas la moitié des betteraves nécessaires et j'ai pris des betteraves jaunes au lieu de betteraves ordinaires. Je n'aurais jamais cru ça possible, mais j'étais déçue de devoir me rationner chaque fois que je montais un bol. Assurez-vous donc d'avoir assez de betteraves. Et comble de malheur, j'ai réussi à faire brûler mes betteraves un peu.

-J'ai remplacé le sel fumé par du sel et de la fumée liquide.

-J'ai fait tremper mon oignon dans l'eau et je l'ai mis à part. J'avais peur qu'il gâche la recette et que son goût soit trop dominant, surtout qu'il y a tout un oignon blanc pour 3 portions. Finalement, cet oignon blanc est délicieux, mais je ne prendrai pas de risque la prochaine fois : je le mélangerai aux lentilles juste au moment de manger chaque portion, comme cette fois-ci.

-J'ai pris du jus d'orange ordinaire et non pas du jus fraîchement pressé.

-Pour faire la vinaigrette au citron et au tahini (Lemon Tahini Dressing), je n'avais pas assez de jus de citron, alors j'ai mis 1/3 jus de citron; 1/3 vinaigre de cidre; et 1/3 jus d'orange. D'ailleurs, il m'est resté une très grande quantité de vinaigrette après avoir fini la salade, et j'aurais aimé que Terry avertisse les lecteurs. Cette vinaigrette est toutefois très bonne et j'y ai trempé des feuilles d'endive et des gressins (j'ai du mal à intégrer ce mot à mon vocabulaire).

  

J'ai enfin pu me faire une salade dans un pot et utiliser mon contenant orange Coppow pour mettre la vinaigrette. À gauche, les lentilles et les oignons; à droite, les betteraves et la vinaigrette avec un peu de miel végétalien.

  

C'est la première fois qu'une recette me demandait d'utiliser du miel végétalien. J'ai sauté sur l'occasion avant que mon pot de miel de chez Antidote Superalimentation ne soit terminé. Mais ne vous inquiétez pas si vous n'avez pas de miel, vous pouvez utiliser du nectar d'agave.

C'est une recette que je referai avec beaucoup de plaisir.

jeudi 18 décembre 2014

Connaissez-vous Esther?

En 2014, je suis tombée en amour avec Esther. Je rêve d'avoir un jour l'occasion de la coller, de jouer avec elle, de lui faire croquer une pomme, de lui parler ou de simplement croiser son regard. Pour l'instant, je me contente de regarder toutes les photos et les vidéos où elle vole la vedette, au grand plaisir de ses centaines de milliers d'admirateurs.

Source : Page Facebook d'Esther

Esther, que vous voyez ci-dessus, a une destinée hors du commun, car elle a eu la chance de se faire adopter par deux hommes extraordinaires, Steve Jenkins et Derek Walter.

Steve et Derek sont deux Ontariens qui menaient une vie ordinaire. Un soir, la petite Esther a eu besoin d'un nouveau toit et elle est atterri chez eux. Ils croyaient qu'Esther était une truie naine, mais une visite chez le vétérinaire a révélé que la queue d'Esther avait été coupée (!) et qu'il s'agissait donc probablement d'une truie destinée à l'élevage. En moins de deux ans, son poids est passé de 4 livres à 650 livres. La maison qu'Esther occupait avec ses papas, leurs deux chiens et leurs deux chats ne convenait plus, mais il était hors de question de se débarrasser d'Esther (quelle idée!). Steve et Derek ont donc amassé des fonds en faisant appel à la population, et leur campagne de sociofinancement leur a permis d'acheter une ferme et d'y fonder le sanctuaire Happily Ever Esther, où ils ont emménagé cet automne.

À Montréal en septembre dernier  

J'ai pu entendre Steve et Derek en septembre dernier lorsqu'ils ont donné une conférence au Festival végane de Montréal. Ils racontaient qu'un matin, en faisant cuire du bacon pour le déjeuner, ils ont fait le rapprochement entre ce qu'ils allaient manger et leur nouvelle amie Esther, qui se promenait dans la cuisine. Ils sont alors progressivement devenus véganes.

Je me suis fait plaisir il y a quelques semaines et j'ai commandé quelques articles à la Boutique d'Esther. Toutes les recettes sont versées au sanctuaire, qui a accueilli ses deux premiers pensionnaires récemment : Escalade et BJ.

Source : Page Page Facebook du sanctuaire



Voici mon colis, agrémenté des empreintes d'Esther et de photos et d'autocollants de cette beauté. Le colis était si joli qu'il m'a fait presque autant plaisir que le contenu.  

  

J'ai commandé un calendrier 2015, une tasse dans laquelle je bois désormais mon café du matin et un chandail qui me plaît beaucoup.

Site Web du sanctuaire : http://www.happilyeveresther.ca/
Page Facebook du sanctuaire : https://www.facebook.com/happilyeveresther

mercredi 17 décembre 2014

Rectificatif : poutine végane de Poutineville

À la suite de mon billet sur la poutine de Poutineville, vous êtes plusieurs à m'avoir demandé si les sauces étaient végétaliennes. J'avais omis de poser des questions au restaurant parce que quelques sources laissaient supposer que les sauces végétariennes de Poutineville étaient végétaliennes. Mais comme vous insistiez, j'ai communiqué avec Poutineville.

Et la seule sauce végétalienne est la sauce poutine maison. Toutes mes excuses.

J'ai corrigé mon billet pour refléter ces renseignements.

jeudi 11 décembre 2014

Mijoté d'okras et de tomates

J'adore les okras. Je pense que je n'ai jamais mangé un plat d'okras qui m'a déplu. Certes, je n'en ai pas essayé des tonnes, mais je vois mal comment ce légume original pourrait un jour me déplaire.

Quand les légumes du repas volent la vedette

Dans Cookin' Crunk, Biance Phillips propose un accompagnement à base d'okras (Smoky Stewed Okra and Tomatoes) typique de la cuisine du Sud des États-Unis.

On fait revenir des oignons avec de l'ail, on ajoute des tomates en dés, des okras tranchés, du nectar d'agave, de la fumée liquide et du sel et on cuit jusqu'à tendreté. Et on se lèche les babines.

Avec du riz, une salade, les ailes piquantes du même livre, de la sauce ranch et de la crème sure à l'aneth

Aimez-vous les okras?

mardi 9 décembre 2014

Poutine végane chez Poutineville

AVERTISSEMENT : CET ÉTABLISSEMENT N'EST PAS VÉGÉTARIEN

Il fait bon être végétalien à Montréal depuis quelques années. Après la poutine de Lola Rosa, la poutine de la Banquise et la poutine de Copper Branch, nous pouvons maintenant nous délecter d'une nouvelle merveille : la poutine végane de Poutineville!

Évidemment, dès que j'ai su qu'il y avait maintenant du fromage sans produits laitiers (c'est du Daiya) aux restaurants Poutineville du Grand Montréal (merci Mokajo), je me suis arrangée pour y aller à la première occasion. À part la sauce à la viande, toutes les sauces sont végétariennes, mais seule la sauce poutine maison est végétalienne.

Poutine régulière avec patates écrasées, fromage sans produits laitiers et sauce maison

Verdict.  La poutine végétalienne de Poutineville est du calibre de celle de la Banquise. Elle contient un peu moins de Daiya, mais ça ne m'a nullement dérangée. C'était parfait. Le fromage était bien fondu, la sauce délicieuse. De plus, le format régulier est idéal : je n'ai pas eu mal au coeur ni mal au ventre. C'était juste assez pour souper. Quant à la grande poutine, elle est gigantesque, trop grosse pour un seul estomac.

  

Avez-vous goûté à la poutine végane de Poutineville?

dimanche 7 décembre 2014

Salade aux noisettes, aux shiitakes et à la courge musquée

Il y a quelques semaines, j'ai reçu un très beau cadeau de Jessica. Imaginez-vous donc qu'elle m'a offert Salad Samurai, le dernier opus de Terry Hope Romero! Un grand merci Jessica!

  

J'avais entendu de très bonnes critiques au sujet de ce livre et jusqu'à présent, je l'adore. Le livre regorge de photos et j'ai envie de préparer la plupart des salades proposées. Comme les recettes sont séparées par saison, je me suis d'abord attaquée à une salade d'automne. Si si, l'hiver, ce n'est pas avant deux semaines.

Ma mère m'avait donné une courge et pour l'utiliser, j'ai décidé de faire la salade aux noisettes, aux shiitakes et à la courge musquée (Hazelnut Shiitake Butternut Salad).

  

J'ai utilisé des champignons séchés réhydratés. Pour les noisettes, j'ai opté pour des noisettes entières crues de Prana, que j'ai fait griller dans un poêlon en fonte avant de les écraser grossièrement. Ce n'était sans doute pas le meilleur choix. Le tout dernier chou vert frisé de mon jardin est allé dans cette salade. Une utilisation judicieuse qui fait en sorte que j'ai déjà hâte d'avoir trop de kale dans mon jardin l'an prochain.

 

Pour la vinaigrette, Terry est flexible. Je n'avais pas de vinaigre de malt, je n'ai d'ailleurs jamais eu de vinaigre de malt (et vous?), alors j'ai plutôt mis du vinaigre balsamique. N'ayant pas d'huile de noisettes grillées, j'ai opté pour de l'huile d'olive. Pour le sel, j'ai employé ma fleur de sel au paprika fumé. J'ai également pu utiliser le piment d'Alep que Jessica m'a fait découvrir (merci encore!).

Vous qui avez un exemplaire de Salad Samurai, quelles salades me recommandez-vous?

vendredi 5 décembre 2014

Brésil : inclassables et vols intérieurs

Pour le dernier billet sur mes aventures brésiliennes, je vous présente quelques repas que je ne suis pas arrivée à intégrer aux différentes thématiques abordées depuis les derniers mois ainsi que les aliments que j'ai grignotés pendant les vols intérieurs.

Les inclassables

 

J'ai fait une excursion organisée dans les îles environnantes d'Angra dos Reis. C'était magnifique. Nous partions de Rio à 7 h du matin pour revenir en milieu de soirée, et le dîner était inclus. Or, ce qu'on ne nous dit pas, c'est que nous ne mangerons pas notre deuxième repas de la journée avant 16 h ou 17 h. Évidemment, c'est un moyen de s'assurer que les gens dépensent dans le bateau, ce que je n'ai pas manqué de faire.

  

En plus de quelques bières, j'ai commandé une salade mixte sans oeufs. C'était super pour grignoter, et santé. Il y avait des tomates, des morceaux d'oranges, de kiwis, de mangues et d'ananas, de la laitue, des carottes, du maïs, des pois verts, des olives et de l'huile d'olive pour arroser le tout. Je me suis bien rappelé que les pois sont une légumineuse et qu'ils sont riches en protéines. On s'encourage comme on peut.

 La salle à manger de l'auberge de jeunesse de Bonito HI Hostel, membre de Hostelling International 

Je me suis préparé un repas digne de ce nom à une seule reprise pendant mon voyage. Les restaurants étaient loin de l'auberge, mais il y avait un supermarché et j'ai pu cuisiner dans la cuisine communautaire, qui était très propre.

  Un repas qui n'a l'air de rien, et pourtant!

Les seules pâtes de blé entier que j'ai trouvées étaient des lasagnes, alors lasagnes ce fut. J'ai ajouté des légumes verts feuillus non identifiés à l'eau de cuisson, puis une fois le tout égoutté, j'ai ajouté un sachet de sauce tomate, des graines de tournesol, du sel et du poivre. J'ai également fini le sac de levure alimentaire que j'avais apporté de Montréal. Je ne sais pas si c'est parce que la nourriture maison commençait à me manquer, mais ce repas fut mémorable, j'ai adoré. Qui plus est, une touriste de São Paolo m'a donné une part de la salade qu'elle a concoctée avec du chou, des tomates, des oignons, de l'huile d'olive et du shoyu. C'était délicieux.

Les vols intérieurs

Le Brésil est immense. Prendre l'avion est un moyen excessivement plus rapide et relativement abordable de se déplacer lorsqu'on fait du tourisme. J'ai donc pris l'avion de Rio de Janeiro à Campo Grande (pour aller à Bonito, situé à 4 heures de route de l'aéroport de Campo Grande), puis de Campo Grande à Salvador et de Salvador à Rio de Janeiro. Ce qui ne m'a pas empêchée de faire au moins 36 heures de transport en autocar ou en minifourgonnette.

Du « jus » et des croustilles (batatinhas), gracieuseté du transporteur Azul 
  

Pour ce vol, j'avais prévu le coup : une banane, une sucrerie aux bananes séchées, mon super pain intégral, une barre granola, des graines de tournesol et un sachet de légumes crus (il y a même des pommes de terre!) acheté un peu plus tôt au marché Feira da Gloria.

D'autres batatinhas et une boisson au guarana


Un navire vu du traversier faisant la liaison entre le terminal de Bom Despacho et Salvador
 Le Pelourinho à Salvador
La piscine de l'Hostel Galeria 13 à Salvador

Voilà qui met un terme aux Vendredis au Brésil. J'espère que ces billets sur le Brésil et son offre végétalienne vous ont plu et qu'ils sauront être utiles à certains d'entre vous dans le futur.