dimanche 19 octobre 2014

Antidote Superalimentation

Le 11 octobre dernier, après plusieurs années de disette, Montréal a assisté à la naissance d'une épicerie entièrement végane! Eh oui, c'était un grand jour!

  

Antidote Superalimentation est sur les lèvres de tous les végés depuis que ce projet est dans l'air. Vous vous souviendrez peut-être de la campagne de sociofinancement qui avait cours le printemps dernier sur la plateforme Indiegogo afin de permettre aux futurs propriétaires de donner jour à Antidote Superalimentation. J'avais d'ailleurs réalisé une entrevue avec eux à cette occasion (ici, ici et ici).

  

Évidemment, le 11 octobre, j'y étais à la première heure, voire une dizaine de minutes avant l'heure, pour ne rien rater de cet événement historique. Détrompez-vous, je n'étais pas la seule hystérique à faire le pied de grue devant Antidote Superalimentation. Nous étions une bonne dizaine. J'étais même allée écornifler quelques jours plus tôt étant donné que j'étais dans les parages, mais on ne pouvait presque rien voir à l'intérieur et il m'avait fallu prendre mon mal en patience.

  

Ça valait la peine d'arriver plus tôt : nous avons assisté à la cérémonie de coupure du ruban. Et une vingtaine de minutes plus tard, la boutique était pleine à craquer!

  

Passons au manger...

  

C'est la première fois que je vois de la noix de coco congelée, biologique qui plus est. Je saurai où m'approvisionner pour réaliser les recettes de Vegan Eats World qui demandent cet ingrédient exotique.

   

Il y a un gros congélateur de produits de la boulangerie Silver Hills : des bagels, du pain tranché, même des pains à hot-dog!

  

Le café latté préparé avec du lait de soya Pacific Foods est excellent.

  

Le comptoir de plats maison est tellement alléchant! Je crois d'ailleurs qu'il est victime de sa délicieuseté manifeste, car à ma deuxième visite, il ne restait presque plus rien. J'ai pu goûter à deux pâtisseries de Rose Madeleine lors de l'inauguration, et elles sont vraiment bonnes. La prochaine fois que je vois le gâteau glacé de la photo ci-contre, je veux prendre une part. Il a l'air décadent.

  

À mon retour à la maison, le désarroi s'est emparé de moi lorsque je me suis rendu compte que j'avais photographié le contenant de ma salade La Belle Verte, mais pas le contenu! Heureusement, vous pouvez voir la salade La Belle Verte sur la photo précédente. Il s'agit évidemment de la salade verte, qui contient du chou vert frisé, des algues, des graines de citrouille et des algues, entre autres choses. Elle est surtout très bonne.

  

Je n'ai pas encore eu la chance de me faire servir un plat dans un tiroir. Snif.

Des achats  
  

Antidote Superalimentation possède un immense réfrigérateur de pousses qui poussent sur place... taillées sur demande. Quelle idée géniale.

Le Renard

Après une marche exténuante, j'ai pris le temps de m'asseoir pour me reposer et faire le plein de carburant. J'ai bu un Renard. Délicieux, sans goût trop prononcé.

 Oui, j'ai choisi ma barre chocolatée en fonction de la couleur de mon chandail. Tout pour sauver les apparences.

Une visite chez Antidote Superalimentation ne serait complète pour moi sans l'achat d'une barre Go Max Go Foods. Celle-ci m'a transportée au septième ciel. Ma première expérience de Twilight remonte à 2009... Cinq ans déjà que nous nous connaissons et que notre amour perdure.

D'autres achats

La décoration de l'épicerie est également très réussie. On s'y sent bien. Je remercie Élise Bellerose et Chuck Pépin d'avoir mis tous les efforts nécessaires à l'ouverture de ce commerce prometteur. Allez vite y faire un tour!

  

Antidote Superalimentation
3459, rue Ontario Est
514-303-6300
Montréal

vendredi 17 octobre 2014

Boire un p'tit coup au Brésil

J'aime sans doute un peu trop l'alcool, et boire un verre en voyage pour finir un repas ou pour relaxer est une bonne façon de me sentir en vacances.

Angra dos Reis et îles environnantes, Rio de Janeiro (l'État)

Boire de la bière dans un bateau...
...avant d'aller patauger dans l'Atlantique Sud
Arriver à la pousada de Boipeba après 14 heures de transport hérétoclite (autocars, taxi, hors-bord, tracteur). Découvrir avec angoisse que tous les restos sont fermés. Mais se faire servir une bière par le sympathique propriétaire qui ne manque pas de me dire : "Oh, a vegan who drinks beer!". Et manger des granolas secs pour souper.
La vue le lendemain.

Rio de Janeiro

 Caipirinha exotique aux kiwis

La caipirinha est le cocktail national du Brésil. La recette originale contient de la lime, du sucre et de la cachaça, un alcool à base de canne à sucre. Je n'y avais jamais goûté avant d'arriver au Brésil, mais cette boisson m'a plu sur-le-champ. J'en ai presque consommé aussi souvent que de la bière durant mon voyage.

 La caipirinha haut de gamme ci-dessus a été dégustée à la Travessa do Comércio, à la fin d'une longue randonnée dans le Centro
 Des caipirinhas beaucoup moins fancy servies dans un élégant cabaret à même la plage de Copacabana
 Plage de Copacabana. Les vagues sont belles.

 Ailleurs au Brésil

  
De l'alcool acheté dans une échoppe

lundi 13 octobre 2014

Rôti Tofurky

  

C'est l'Action de grâces! Et un excellent prétexte pour dépenser 15 dollars afin de manger mon premier rôti commercial.

L'intérieur de la boîte

La bête et ses légumes

J'ai fait cuire le rôti avec des pommes de terre, une courge Delicata, des carottes et un oignon. Je n'avais pas de sauge pour le jus de cuisson, alors j'ai opté pour un mélange de thym, de marjolaine et d'origan que j'ai ajouté en grande quantité.

 Le rôti bien doré... et ses légumes encore bien durs... j'ai dû enlever le rôti et poursuire la cuisson des légumes

Verdict. J'aime tant mon rôti maison que j'étais très sceptique. Je pensais que ce serait un bon dépanneur pour les gens pressés, sans plus.

J'ai trouvé la sauce extraordinaire. Elle a un parfum prononcé que je ne saurais nommer, qui provient probablement du mystérieux ingrédient du nom de végétalien arômes naturels.

Quant au rôti lui-même, il est très bon. Je préfère toutefois mon rôti maison, que je privilégierai lorsque le temps, l'énergie et les ressources ne me feront pas défaut.

Mon copain a dit que c'était un vrai festin. 10 sur 10.

  Avec une purée de pommes de terre Yukon Gold bio et du kale du jardin

Avez-vous mangé un repas spécial durant la longue fin de semaine?

dimanche 12 octobre 2014

Manifestation pour réclamer le changement du statut juridique des animaux au Québec

  
  
Les animaux ne sont pas des choses
  
  
  
  
  
  

Pour lire le manifeste et ajouter votre signature, rendez-vous au :
http://lesanimauxnesontpasdeschoses.ca/

vendredi 10 octobre 2014

Mangé végé dans les restos traditionnels de Bonito (MS)

J'ai passé cinq nuits dans la petite ville de Bonito, un haut-lieu du tourisme dans le Mato Grosso do Sul au Brésil. Si j'étais partie en excursion pratiquement tous les midis et que je m'alimentais donc dans les buffets, le soir, j'ai dû aller me sustenter en ville à quelques reprises.

Le logo MasterCard sur toutes les plaques de rue de la ville m'a laissée pantoise

Le premier soir, je suis allée au Pantanal Grill, rien de moins.

  

C'est avec une certaine joie que j'ai constaté que le plat le plus santé que je pouvais manger était plein d'huile et d'ail : du spaghetti à l'ail. Je me suis vraiment régalée. J'ai rangé les restes dans le frigo de la cuisine commune de l'auberge de jeunesse malgré l'interdiction, et j'ai pu manger ce qui restait le lendemain... toujours avec bonheur.

  

Comme mon repas manquait de féculents et de matières grasses, j'ai accompagné mon spagate de frites de manioc. Les frites étaient excellentes, mais je n'ai pas trop aimé le ketchup. C'est moi ou le ketchup n'est pas très bon en Amérique latine?

La Gruta Lago Azul, à ne pas confondre avec la Gruta Azul de la même région

À Bonito, j'ai aussi eu le malheur de m'attabler à la Casa do João. Le restaurant était beau, le service était attentionné, mais les choix végétariens étaient ridicules.


J'ai eu des pommes de terre sautées dans six fois trop d'huile. Chaque fois que je prenais une patate, je la tenais dans les airs quelques secondes pour l'égoutter. Quand j'arrive à ne pas apprécier des patates, il y a un problème.


Cette salade, qui m'a coûté 20 dollars canadiens, était correcte, sans plus, et comme plat principal, c'était médiocre. Il y avait des coeurs de palmier, des tomates, de la romaine et de la roquette. J'ai au moins pu en garder pour le lendemain.


Cela dit, la bière était bonne!

Boca da Onça. Avez-vous le vertige?

Mon billet sur les restos traditionnels de Rio est ici.

jeudi 9 octobre 2014

Hummus aux tomates séchées et au cari

Une recette de hummus gracieuseté de cette très chère Mademoiselle B!

Du hummus maison dans un contenant de hummus commercial : est-ce la grande classe?

Le hummus aux tomates séchées et au cari que j'ai déniché sur Fringues, popote, action! est absolument fabuleux. Qu'est-ce qui m'a convaincue de l'essayer? La preuve la plus convaincante qui soit : j'ai goûté à la version cuisinée par les mains mêmes de Mademoiselle B en 2012, lors du pique-nique organisé par Alexe de Soya et chocolat. C'est fou comme le temps passe vite!

  Hummus tartiné sur ce pain avec des radis queue de rat et cette sublime soupe au riz sauvage... et aux pois chiches

Modifications. J'ai mis du cari jamaïcain parce que je n'avais pas tellement le goût d'ajouter du cari indien à une recette de hummus. J'avais peur du résultat! Pois chiches et cuisine indienne font pourtant bon ménage.

  Avec du pain grillé et la tout aussi sublime tartinade de poivrons rouges au basilic