mercredi 1 juillet 2015

Saint-Jean, malbouffe végane et horreur

Quoi de mieux que le 1er juillet pour parler de la Fête nationale du Québec? L'occasion me semble parfaite, alors voici le compte-rendu de toutes les choses délicieuses et pas particulièrement santé que j'ai ingurgitées du 23 juin au soir jusqu'au 24 au soir. Si vous pensez que les véganes ne mangent que des salades et que la vraie malbouffe végane n'existe pas, poursuivez votre lecture.

 

Genèse de mon périple culinaire. En naviguant sur les réseaux sociaux, j'avais lu qu'Aux Vivres allait vendre de la nourriture au parc du Pélican dans le cadre de La St-Jean dans le parc les 23 et 24 juin dernier. Ce n'est pas trop loin de chez moi et j'avais entendu dire que les tempeh dogs qu'Aux Vivres vend lors de ces événements sont malades. Il ne m'en fallait pas plus pour me convaincre d'y aller. Une visite sur le site de l'événement m'a permis de voir que l'offre végétalienne ne s'arrêterait pas là. Il y aurait aussi Madame Virgule et OUI! Desserts sur place, qui proposeraient de la bouffe entièrement végétalienne pour l'événement — Madame Virgule est un traiteur qui propose normalement des plats végétariens et végétaliens. Même si la St-Jean est terminée depuis quelques jours, je n'arrive toujours pas à croire qu'il y ait eu une si forte proportion de restaurateurs véganes sur le site. Il faudrait maintenant que tous les autres organisateurs d'événements de l'Île leur emboîtent le pas, n'est-ce pas?

 

Le 23 juin en soirée, je suis donc allée goûter aux fameux tempeh dogs d'Aux Vivres : pain à hot-dog grillé, saucisse de tempeh maison marinée, sauce spéciale, salade de chou rouge et un extra de guacamole.

Tempeh dog avec sriracha 

Comme les tempeh dogs étaient 3 dollars l'unité, ou encore 2 pour 5 $, j'en ai pris deux. Mes attentes étaient élevées et je n'ai pas été déçue. Tout est bon dans ce hot-dog. La saucisse elle-même est juteuse et pleine de goût, et malgré le petit nombre de condiments, les papilles font la fête.

  Limonade à l'hibiscus avec vodka, salade dragon

Mon copain a été plus raisonnable. Il a accompagné sa limonade à l'hibiscus et à la vodka d'une salade dragon. Mais il était si jaloux de mes hot-dogs qu'il s'en est ensuite pris un. Et même si je n'avais plus faim, j'ai pris un troisième hot-dog.

   

C'est la première fois que je goûtais aux desserts de OUI! Desserts. Sur place, il y avait des sucettes glacées aux fruits et au chocolat. J'ai pris celui qui m'apparaissait le plus décadent : le full fudge avec noix et enrobage chocolaté. J'ai insisté pour que mon copain en prenne une croquée et on a fini par le manger à deux. C'était divin. Les noix étaient épicées, le chocolat était croquant sous la dent, et le fudge fondait dans la bouche. Ça rappelait les fudges classiques de mon enfance, mais en plus moelleux.

Le lendemain, au réveil, je n'avais pas faim. Je me suis fait un café et j'ai bu du lait de soya passé au mélangeur à main avec quelques fraises et de la vanille.



J'ai mangé Chez Claudette un des pires déjeuners de ma vie, mais comme il était déjà passé midi, c'était quasiment un dîner. Je ne vous dirai pas ce que j'ai pensé de mon hot-dog végé et de la poutine végé sans fromage sur laquelle j'ai ajouté du fauxmage que j'ai traîné de la maison (il n'y a pas de fromage végétal dans ce casse-croûte)...

Je vous confierai plutôt que quelques jours plus tard, j'y suis retournée avec mon copain. J'ai commandé la poutine végé, mais comme je n'avais pas de fauxmage sur moi, c'était plutôt une frite sauce. J'ai remarqué une lanière rouge louche qui n'était pas un poivron rouge. J'ai pointé l'horreur à mon copain, qui a confirmé qu'il y avait un morceau de cochon grillé dans ma poutine. J'ai essayé de ne pas en faire de cas et j'ai jeté la moitié de ma poutine, soit la zone près du cochon mort oublié dans mon assiette. Nous avons inspecté ce qu'il restait de ma poutine, à l'affût d'autres oublis. Tout semblait beau. J'ai pris une autre bouchée. En mâchant, j'ai remarqué un goût fumé inhabituel, j'ai recraché ma bouchée et après examen, vous l'aurez deviné, il y avait un autre bout de gentil cochon dans ma poutine. J'ai remercié le ciel d'être une personne qui mange lentement et mâche beaucoup, car je n'ai pas avalé de copain d'Esther, puis j'ai jeté ma poutine et j'ai pesté avec mon copain. Je ne crois pas retourner dans cet établissement de sitôt.

Toujours est-il qu'après avoir mangé le déjeuner dont il est question ci-dessus, j'ai jardiné quelques heures, bu une kombucha pour stimuler ma digestion, gobé deux ou trois pois et cinq ou six feuilles dans mon jardin et pédalé jusqu'au parc du Pélican pour continuer de faire honneur à l'offre végane du parc. Comme c'était la Saint-Jean, j'ai commencé par boire une bière, puis la pluie s'est mise de la partie. J'étais trempée et j'avais la chair de poule, mais j'ai patienté jusqu'à ce que la pluie cesse, car j'aurais été trop déçue de ne pas suivre mon plan.

Signe que la pluie est partie et que c'est la fête

Après tout ça, j'ai bu encore, puis attendu un peu en regardant le spectacle. La foule n'était pas assez compacte pour me tenir au chaud.

 

Chez Madame Virgule, j'ai eu droit à des nachos avec de la salsa, à une salade de chou et de kale et à un hot-dog européen avec saucisse Tofurky à la bière, chou, moutarde et oignons. C'était un repas fantastique.

   

Plus tard, je suis allée me chercher autre chose à boire et j'ai pris un maïs bien chaud (avec du sel et pas de beurre) pour me réchauffer, ce qui a fonctionné pendant quelques minutes. C'est si bon, du blé d'Inde, et c'était mon premier de l'année.

J'ai fini la soirée avec un ou deux autres verres et une autre sucette full fudge de OUI! Desserts. Il y avait d'autres parfums à essayer, Madame Virgule proposait aussi des desserts, de même qu'Aux Vivres, mais la sucette de la veille m'avait tant plu qu'il m'en fallait une autre.

Je suis ensuite retournée chez moi où j'ai réussi à faire entrer une autre bière dans mon estomac en lui promettant de mieux manger au cours des jours qui allaient suivre. Je lui fais trop la vie dure.

11 commentaires:

  1. Ton récit m'a quand même fait rire, Babette, sauf la partie avec la viande dans ta poutine végé. Es-tu allée en parler au comptoir?

    RépondreSupprimer
  2. Tu devrais en parler à Claudette!! C'est pas super comme péripétie :'(

    RépondreSupprimer
  3. Quel récit! Je suis impressionnée par les options appétissantes véganes. Comme on dit ici, y'était chrissement temps!

    RépondreSupprimer
  4. Hi hi !!! Tu m'as bien fait rire avec ton périple gustatif pendant ces 2 jours de festivités. Chose certaine, tu t'es bien régalée...sauf pour l'intrus dans la poutine, bien sûr. Grrrr...frustrant comme situation, non ?! Est-ce que tu adressée cette problématique avec les proprio ?!

    Tes desserts glacés semblaient miummm miummm !!!

    Et puis, est-ce que tu as tenu promesse à ton estomac d'être plus raisonnable les jours suivants ?! Hi hi !!! T'as bien faite de profiter au max de l'offre végé...faut en profiter et encourager l'initiative après tout :)

    RépondreSupprimer
  5. J'ai mangé cette fâcheuse poutine dans un parc, donc je n'ai pas pu en parler au personnel... Je crains d'avoir la même réaction indifférente qu'au Pick-Up :
    http://veganamontreal.blogspot.ca/2013/02/depanneur-le-pick-up-une-option-pour.html

    Et ai-je tenu la promesse d'être plus raisonnable? Eh bien, j'ai moins bu, j'ai sûrement au moins un peu mieux mangé... mais je suis quand même retournée manger de la poutine.. c'était peut-être le karma, cette histoire de cochon!

    RépondreSupprimer
  6. Le tempeh-dog des Vivres semble être délicieux, je suis allée manger sur place la semaine dernière mais j'ai choisi le Bol du dragon plutôt. Un délice comme toujours!

    Tu as beaucoup mangé lors de cette fête, j'ai bien ri en lisant ton billet. Je déteste lorsque des morceaux d'animaux morts sont présents dans mon assiette végé. En fait, les fois où ça m'est arrivé, je n'y ai plus remis les pieds par la suite. C'est trop dégueux et irrespectueux pour moi qui ai choisi de commander un plat qui devait en être exempt tsé... Quelle mauvaise expérience!

    Ton délice glacé fait envie en tout cas!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, ce genre d'expérience laisse de très mauvais souvenirs. Heureusement, ça m'arrive rarement.

      Je n'ai JAMAIS pris le bol du dragon chez Aux Vivres. Incroyable, n'est-ce pas?

      Supprimer
    2. Tu m'en vois bouche bée! Toutefois, tu as maintes fois fait honneur à ses autres plats tout en les détaillant ici à merveille, donc je crois que tu es sauve! ;)

      Supprimer
  7. J'ai eu le même problème en achetant un plat préparé dans une épicerie ... étiquetage pâtes aux olives et tomates séchées, mais je me suis retrouvée avec des pâtes champignons, bœuf et tomates! :(

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. PrincesseEtSportive.

      Ça t'est arrivé à l'épicerie!!! Je n'aurais pas cru ça possible. Incroyable!

      Supprimer

Merci de me laisser des commentaires!