lundi 23 décembre 2013

Boston : Grasshopper

Il y a quelques semaines, je suis allée passer quelques jours aux États-Unis. Je me suis d'abord posée à Boston, où je n'avais jamais mis les pieds. Pour tout dire, je ne savais à peu près rien sur l'Athènes de l'Amérique — j'apprends à l'instant ce surnom dont on l'affuble — et j'étais loin de me douter que cette ville était si belle. Je ne me suis pas ennuyée là-bas et j'ai même dû faire des choix parmi les différentes activités qui m'intéressaient, car impossible de tout voir en quelques jours.

Je suis arrivée à Boston au petit matin après avoir « dormi » toute la nuit dans un autocar. Il faut compter au moins 7 heures pour s'y rendre, sans oublier le temps qu'on doit passer à la douane avec une cinquantaine de compagnons de route. Je pensais que je serais terriblement fatiguée toute la journée, mais hormis quelques baisses d'énergie passagères, j'ai tenu jusqu'au soir sans trop regretter d'avoir voyagé de nuit. J'ai ainsi gagné un jour de voyage supplémentaire et économisé une nuit d'hébergement. Yé!

  

Ce soir-là, je suis allée à Allston, un quartier de Boston. C'est qu'on y trouve un ghetto végétalien semblable à celui de la rue Mackay à Montréal, à savoir trois établissements végétaliens situés très près les uns des autres. J'aurais aimé que ce ghetto soit en plein centre de Boston afin de ne pas avoir à passer de longs moments dans le métro pour m'y rendre. En revanche, les périodes dans le transport en commun ont donné une pause à mes pauvres jambes qui n'avaient pas encore troqué le vélo contre la marche, des moyens de locomotion qui ne sollicitent pas le corps de la même façon.

J'ai soupé chez Grasshopper, un restaurant asiatique végétalien. Ce restaurant n'est ni trop chic ni trop quétaine et il y a plusieurs tables. J'y étais un samedi soir et la clientèle était nombreuse, sans que l'établissement soit pour autant complet.

J'étais très heureuse de voir la théière qu'on a posée sur la table à mon arrivée. Le thé au jasmin gratuit était délicieux. Cette marque de commerce des restaurants asiatiques me plaît beaucoup, et je me demande bien ce qu'attendent les restos asiatiques végétariens de Montréal pour adopter cette pratique. Mise à jour : J'avais oublié Quan Bo De!

J'ai pris le spécial du jour : le plat no name servi avec une salade maison et du riz brun (12,95 $).

Le no name

J'avais lu beaucoup de bien au sujet du no name, qui semble avoir fait la réputation de Grasshopper. Quand j'ai vu la portion gargantuesque, j'ai espéré très fort que ça me plaise! Eh bien oui, j'ai bien fait de suivre les recommandations que j'avais lues sur la Toile, car le no name est écœurant. Si vous n'êtes pas québécois, sachez que j'emploie ici l'adjectif « écoeurant » dans son acception particulière au Québec qui n'a rien de péjoratif. J'aurais aussi pu dire que c'était dément, extraordinaire, etc. Le plat contenait beaucoup de gluten/seitan, et en fait de légumes, il y avait du brocoli, du céleri, des carottes, du chou et un légume que je n'ai pas pu identifier. Le no name est toutefois très gras, plutôt sucré et vraiment nourrissant, alors on en a vite assez. C'est donc un plat à partager, car si vous le commandez et que vous êtes seuls, vous aurez comme moi des restes pour plusieurs repas.

  

La vinaigrette de la salade maison n'était pas très bonne, mais la fraîcheur et la qualité des laitues m'ont impressionnée.

En conclusion, si j'habitais à Boston, j'irais certainement chez Grasshopper chaque fois que j'aurais envie de mets asiatiques. La carte est tellement longue que j'en aurais pour des années si je voulais goûter à tout.

Grasshopper
1 N, rue Beacon
Allston (Boston)
617-254-8883

Site Web : http://grasshoppervegan.com/

Heures d'ouverture
Lundi au samedi : 11 h à 22 h
Dimanche : 12 h à 22 h

***

Vous voulez visiter Boston avec moi? Suivez la guide.

Des cadenas d'amour sur un pont de Massachusetts Avenue
Il ne manque plus qu'un museau dans le feuillage
La Freedom Trail : le passage obligé du touriste. Ce chemin permet de parcourir une bonne partie de la ville à pied et de découvrir plusieurs monuments et lieux historiques. C'est gratuit.
Centre-ville de Boston durant le parcours de la Freedom Trail. J'ai eu du mal à suivre la piste... jusqu'à ce que je remarque la ligne rouge sur le trottoir qui me sautait aux yeux depuis plus d'une heure et que je me dise qu'elle indiquait peut-être le chemin à suivre. Eh bien oui! (Note : la ligne rouge n'apparaît pas sur la photo, j'étais peut-être égarée à ce moment-là, mais si vous examinez la photo précédente, vous devinerez un petit bout de la ligne rouge en bas et en haut du symbole de la Freedom Trail)
Âne de la Freedom Trail qui symbolise le Parti démocrate
Le North Market, dans le coin de Fauneuil Hall et de Quincy Market
L'église Old North Church et ses photographes avalés par la tombée du jour
Le Granary Burying Ground qui, malgré les apparences, n'est que le troisième plus vieux cimetière de Boston
Une pierre tombale comme on n'en voit plus de nos jours (Granary Burying Ground)
La Brewer Fountain dans le parc Boston Common

Êtes-vous déjà allés à Boston? Au cours des prochaines semaines, je vous parlerai tous les lundis ou presque de ce que j'y ai mangé durant mon séjour. Je vous donne donc rendez-vous la semaine prochaine pour la suite.

12 commentaires:

  1. La Nouvelle-Angleterre en automne... c'est nirvanesque. Je trouve!

    RépondreSupprimer
  2. Super !!! Je suis vraiment heureuse de ces lundi à Boston à venir :) Yé !!! De bien belles chroniques en perspective.

    Mmmmm...Le Grasshopper semble vraiment un resto fort intéressant qui m'aurait sûrement plu. Ton plat ave seitan et légumes est fort appétissant. Et c'est plutôt chouette avoir des restes du genre.

    Je n'ai jamais visité Boston, mais j'en ai entendu parler en bien...et ce, souvent. J'ai l'impression que tes billets vont me faire languir d'envie d'y aller :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis contente que ces billets te plaisent. Je te recommande fortement un séjour à Boston, mais à la condition que tu fasses un saut à Montréal avant =)

      Supprimer
    2. Hé hé...marché conclu :) Joyeuses fêtes Babette xxx

      Supprimer
  3. Très intéressant ce billet. Je ne suis allée à Boston qu'une fois, en fait j'étais restée bloquée là à 12 ans avec ma mère à cause d'un vol annulé. Je ne me souviens que de tramways touristiques de bleus et de friandises qu'on avait achetées: de l'ananas confit et des bonbons "Boston Baked Beans".
    Sais-tu que nous avons un trajet touristique semblable à Québec? Il s'agit de ronds verts enlignés sur les trottoirs plutôt que de lignes rouges. Il avait été créé pour le 400e.
    Je ne comprends pas pour les cadenas sur la grille?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour l'info sur les ronds verts à Québec. Si j'y vais cette année (j'aimerais bien), je vais faire le parcours. Je connais vraiment très peu Québec. L'hiver, on réussit quand même à voir les ronds?

      En ce qui concerne les cadenas, on retrouve quelques ponts dans le monde où les amoureux fixent des cadenas sur lesquels ils gravent leurs initiales afin de sceller leur amour.

      http://fr.wikipedia.org/wiki/Cadenas_d'amour

      Supprimer
    2. Eh bien j'ai appris une nouvelle coutume.

      Pour les ronds verts, je les remarquais justement l'autre jour alors oui, on les voit en hiver, en tout cas quand les déneigeuses ont passé.

      Supprimer
  4. Merci pour cette balade... ça donne vraiment envie d'y faire un tour. Lors de mes escapades à NY, je passais mon temps à marcher et à manger :)

    RépondreSupprimer
  5. C'est la toute première fois que je vois des cadenas d'amour! C'est assez rigolo comme truc...

    J'aime bien lorsque tu nous résumes tes escapades à divers endroits, je n'hésiterais pas à me rendre aux sites que tu nous suggères, merci Babette!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis contente que ces chroniques te plaisent, Catherine =)

      Supprimer

Merci de me laisser des commentaires!